Des valeurs fortes, une expérience partagée

La vocation de Jean-Christophe Karleskind trouve ses racines dans la cuisine familiale ; c’est son père qui l’initie aux plaisirs de la bonne chère et toute sa formation va servir son rêve.
 
Être cuisinier-traiteur ne s’improvise pas :après une formation à l'école hôtelière de Strasbourg, Jean-Christophe gravit tous les échelons de la brigade. Il participe à des concours internationaux et en gagne de prestigieux. Ces expériences l’emmènent au Luxembourg où il travaille pour plusieurs restaurants renommés à l’international, comme chef de cuisine/consultant jusqu’en 2004.
 
Il souhaite alors donner du sens à la pratique de son métier, en étant plus proche de ceux qui partagent son goût des belles et bonnes choses : il revient en Alsace et s'installe comme chef de cuisine à domicile.
 
En 2010, ce passionné de plongée sous-marine crée son Atelier de production à Krafft (Erstein - 67). Dans son laboratoire culinaire, il imagine de nouvelles recettes et prépare, avec son apprenti, les bases des repas d'exception qu’il servira dans toute l’Alsace, lors de mariages, cocktails ou fêtes d’entreprise.
 
Son épouse Christine, qui vit et partage son engagement depuis plus de 20 ans assure, lorsque l’exercice de son propre métier le lui permet, la logistique, le choix des matériels et mobiliers…
Ne travaillant pas dans ce secteur, elle pose, avec le recul nécessaire, un regard bienveillant et critique sur les offres de Jean-Christophe. Son soutien, vigilant et discret, est essentiel à son équilibre et les grandes décisions sont prises à deux.

Enfin, en février 2018, Jean-Christophe Karleskind devient président de la Fraternelle des Cuisiniers et des Métiers de la Bouche d’Alsace. Depuis 35 ans, cette association promeut ces métiers et les valeurs de fraternité, d’amitié et de partage s’expriment ainsi naturellement autour d’actions réalisées au profit d’œuvres caritatives. Depuis 1982, le trophée Henri Huck, créé et organisé par la Fraternelle, récompense des chefs confirmés aussi bien que des commis. On dit de ce concours qu’il est « l’antichambre du concours de Meilleur Ouvrier de France et même du Bocuse d’Or ».

C’est cet esprit de fraternité qui a séduit Jean-Christophe, très impliqué dans la transmission de son métier. Avec l’association, il intervient souvent auprès des écoles et des centres de formation pour apprentis, ou dans des démonstrations, des dîners de galas, des animations culinaires…

« Je dois promouvoir mon métier pour assurer la relève » dit-il. Comme il réalise ses plats, il en parle… Passionnément !

Inscrivez-vous à la lettre de diffusion de Jean Christophe Karleskind